Mourad, agent du « vivre ensemble »

« Bonjour princesse ! » Mourad use et abuse de cette apostrophe. Il salue ainsi les fillettes qu’il voit grandir, mais aussi leur mère, et leurs grands-mères. Pour les garçons, il trouve un autre mot gentil. Car Mourad déborde d’affection et d’amour pour ses concitoyens, son quartier, sa ville, la vie. Il la partage avec générosité, claque des bises à qui en veut, des services à qui en a besoin, des blagues à tous.

Donner à chacun le sentiment d’exister

Posté devant un Petit Casino – et non sans prendre soin de mettre dans sa poche vigiles et caissiers successifs – il joue un rôle social majeur. Figure rassurante, amicale, joviale, il distribue les rayons de soleil. Sa présence rassure, ses mots personnalisés donnent à chacun le sentiment d’exister, ses actes de solidarité du quotidien permettent aux personnes titubantes de retrouver leur chez-soi. Un peu comme un animateur de quartier, un ange-gardien, un bienfaiteur. Ou un justicier.

C’est le versant un peu noir du rôle social que Mourad s’est attribué. Il salue les gentils, mais dérouille les méchants. On tente de voler un sac à une mémé ? De taper sur quelqu’un sans défense ou fragile ? Mourad sort de ses gonds, aligne les droites, met à terre le nouvel adversaire. S’il a de la chance il court vite. S’il en a moins, il se fait embarquer et va passer quelques mois en cabane. Quand il ressort, il retrouve invariablement son rôle social, devant le Petit Casino. Petit à petit, on espère que raison se fasse, et que Mourad fera suffisamment confiance en la police et la loi pour ne plus avoir besoin de faire justice lui-même. On n’y est pas encore.

Vivre dehors pour rencontrer l’Autre

On pourrait penser, à voir Mourad une bière à la main posté au même endroit au fil des jours, qu’il dort dehors. Mais le plus souvent, il dort dans l’appartement d’un proche. Sauf quand l’énergie pour rentrer manque, ou que les locataires officiels de l’appartement s’avèrent moins accueillants. On se dit que la rue n’est jamais loin, mais qu’il en est pour l’instant protégé. Même s’il passe ses journées dehors.

On peut également imaginer que c’est la solitude qui a poussé Mourad à battre le pavé du matin au soir. Pourtant, aujourd’hui, il est peu probable que Mourad souffre de solitude. Car il a su tisser des liens qui dépassent largement les liens habituels de bon voisinage, des liens qui enrichissent, offrent des ouvertures, permettent des échanges avec l’Autre.

Mourad bénéficie d’une reconnaissance d’invalidité et balaie l’idée du travail d’un revers de la main. Pourtant, sa présence quotidienne est un travail de longue haleine. Il lui a fallu des décennies pour acquérir une connaissance aussi détaillée du quartier, de ses habitants, des gars de la rue à qui il file un coup de main. Il a vu grandir les enfants, vieillir leurs parents, a suivi chaque déménagement et emménagement, chaque reprise de commerce, chaque rénovation et changement de population inhérent. Sa connaissance du quartier est inégalable, et certainement inégalée. Car qui d’autres que lui passe autant de temps et d’énergie à voir chacun ? Mourad tient ainsi au fil des mois, été comme hiver, sous la canicule ou la neige, un rôle social d’agent du « vivre-ensemble ». Un rôle qu’il est pour sûr seul à pouvoir tenir.

Sans domicile personnel mais pas sans-abri, précarisé mais pas isolé, sans travail mais pas sans activité. Mourad a su faire face à l’ensemble des obstacles qui auraient pu le conduire à se couper un peu plus du monde ; il y a apporté des solutions qui lui ont permis de trouver une place indispensable – et certes perfectible ! – dans la Cité. Avec le sourire, et des « bonjour princesse » à tout va.

Publicités

Étiquettes : , ,

Donnez votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s